resotpe le club des entrepreneurs de Nantes
retour accueil Resotpe Accueil du site > Actualité économique > MicroCrédit : une alternative aux banques pour se lancer ?
MicroCrédit : une alternative aux banques pour se lancer ?

MicroCrédit : une alternative aux banques pour se lancer ?

Le microcrédit, accordé par l’ADIE vise à lutter contre le chômage.

D’abord, c’est quoi le microcrédit professionnel ? Réponse : des prêts accordés à des hommes et des femmes qui veulent se lancer comme entrepreneur ou artisan en vue de créer leur propre emploi.

D’où ça vient ? Au début, du Bangladesh d’où est issu son promoteur qui a d’ailleurs reçu le Prix Nobel de la Paix en 2006, Mohamed Yunus. Puis, ce type de financement s’est rapidement développé, dans les pays du Sud notamment. Mais, désindustrialisation et développement des petits services aidant, il arrive aussi maintenant dans les pays développés du Nord et en France en particulier où l’ADIE en est l’acteur principal.

L’ADIE c’est quoi ? L’Association pour le Droit à l’Initiative Économique, qui a accordé à elle seule 15 000 prêts en 2009, c’est-à-dire 15 % de plus qu’en 2008 et qui promeut actuellement la semaine du microcrédit.

En général, le microcrédit s’adresse naturellement à des personnes à revenus modestes. En termes statistiques, l’ADIE nous précise qu’il s’agit souvent de personnes de moins de 30 ans. Difficile à faire un profil type : il y a de tout. Une particularité : 25 % d’entre eux ont des difficultés à lire et écrire alors qu’un autre ¼ des postulants a un diplôme universitaire.

L’ADIE elle-même peut prêter jusqu’à 6000 €, qui eux-mêmes, peuvent se cumuler à d’autres prêts : prêts d’honneur, aide de l’État ou de la Région, voire aide de développement si le démarrage se fait bien.

Pour obtenir un prêt, il faut bien sûr avoir son projet agréé par un comité d’octroi local. Il faut, en plus, être accompagné d’une personne-caution à hauteur de 50 % du montant du prêt accordé. L’ensemble du prêt est remboursable sur 24 mois maximum et il en va d’un taux d’intérêt de 9.7 %, niveau justifié par l’ADIE par l’importance du temps passé pour le montage de ces "petits crédits".

Au total l’ADIE affirme avoir financé 85 000 projets depuis sa création en 1989, pour un niveau d’emplois générés de 80 000. Au niveau des impayés, il plafonne, par exemple en 2009, à 2.3 % du total des prêts accordés.

Pour Maria Nowak, responsable de l’ADIE, c’est donc un outil "pertinent de lutte contre le chômage" comme le reconnaît également l’Inspection Générale des Finances dans un rapport récent.

L’intégralité du rapport sur le microcrédit de l’IGF paru en mars 2010 peut être téléchargé par https://www.igf.bercy.gouv.fr/secti...

et toutes les informations sur la semaine du crédit, les activités et son organisation de l’ADIE par www.adie.org

Source : Comptanoo

Cliquez ici pour consulter l'ensemble des articles Comptanoo